Les Canadas vus par les Canadiens 1750-1860Division des archives de l'Université de MontréalModéliser le changement - Les voies du français

Résultats : | Précédent | Suivant | Tout |

Adresse des magistrats de Montréal contre les menées séditieuses


 
Agrandissement
Adresse des magistrats de Montréal contre les menées séditieuses , Denis-Benjamin Viger , 21 novembre 1837, P0058P200314
Source : Université de Montréal division des archives



Agrandissement
Gravure de Denis Benjamin Viger (1774-1861). (1774-1861) , C. Hullmandel (Graveur) , Février 1832 , P0056FG00040
Page 1 | 2 |

transcription
Protocole de transcription  Transcription intégrale
Transcription intégrale - Mise en forme fidèle à l'original

 

Insurrections

Aux Habitans du district de Montréal.

COMME Magistrats et conservateurs de la Paix de Sa Majesté notre Gracieuse
Souveraine dans ce District, nous croyons qu’il est de notre devoir de venir au devant
des événements graves qui menacent la tranquillité publique, et de vous avertir paternelle-
ment des dangers que vous courez en vous laissant abuser plus longtemps, comme
aussi de la punition qui pourrait vous frapper, si vous continuez une lutte aussi parri-
cide qu’inégale.

On a tiré sur des Officiers de Justice qui accomplissaient leurs pénibles devoirs,
on a libéré des prisonniers arrêtés légalement et qui devaient être soumis à la justice du
pays. Ces délits sont graves et entraînent la plus sévère punition vis-à-vis de ceux qui
s’en sont rendus coupables.

Ce ne sont pas vous habitans des campagnes, hommes naturellement paisibles, qui
avez volontairement mis obstacle à la justice; mais ce sont des hommes perfides qui
ont poussé quelques individus isolés à commettre des actes indignes de ceux qui savent
respecter la Paix publique et les Lois.

Nous vous exhortons non seulement à vous abstenir de toute démarche violente;
mais encore à rentrer paisiblement dans vos foyers, au milieu de vos familles, dans le
sein desquelles vous ne serez aucunement inquiétés. C’est en vous confiant à la pro-
tection de la Loi et du Gouvernement Britannique que vous parviendrez à ramener la
paix et la prospérité dans votre patrie. Déjà nous sommes informés que plusieurs des
Paroisses qui avaient été égarées sont revenues de leurs erreurs et s’en repentent
sincèrement.

Si nos voix étaient méconnues, si la raison tardait à se faire entendre, il est encore
de notre devoir de vous avertir que la force militaire, ou les autorités civiles ne seraient
point outragées impunément, et que la vengeance des lois serait aussi prompte que
terrible. Les agresseurs deviendraient les victimes de leur témérité et ils ne devraient
plus les malheurs qui fondraient sur leurs têtes qu’à leur propre entêtement. Ce ne
sont point ceux qui vous poussent aux excès qui sont vos véritables amis. Ceux
vous ont déjà abandonnés et vous abandonneraient encore au moment du danger, tandis
que nous qui vous rappelons à la paix, nous pensons être les plus fervens serviteurs de
notre pays.

D. B. Viger, Charles S. Rodier,
Pierre De Rocheblave, Alexis Laframboise,
Louis Guy, Jules Quesnel,
Edouard M. Leprohon, Félix Souligny,
Etienne Guy. P. J. Lacroix,
P. E. Leclerc, H. E. Barron.
William B. Donegani,